Contact
fr.
en.
"Si vous êtes prêt et motivé, dans l'hôtellerie, les cafés, la restauration, dans le bâtiment, il n'y a pas un endroit où je vais où on ne me dit pas qu'on cherche des gens." Ces propos d’Emmanuel Macron en septembre ont fait le tour du Web.

De fait, le secteur de l’hôtellerie-restauration peine à recruter. De nombreux établissements, en sous-effectif, sont en difficulté. Pourtant ces métiers ont de nombreux atouts à mettre en avant. Le premier est le contenu du métier lui-même.
En effet, les enquêtes menées par PRAGMA montrent que l’hôtellerie est l’une des professions où les collaborateurs sont les plus nombreux à dire qu’ils aiment leur métier et à exprimer les satisfactions qu’ils trouvent dans les relations clients.
 
Ce que les chiffres montrent, vous pouvez le vérifier aisément en allant dans les hôtels.

Interrogez les collaborateurs avec des questions concrètes et positives comme : « Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre travail ? Quels sont vos bons souvenirs dans le métier ? De quoi êtes-vous fiers ?... ». La discussion portera naturellement sur le sujet et permettra d’approfondir les raisons de l’attachement des collaborateurs à leur métier.

Faites le test !

Vous constaterez par exemple qu’une équipe de réceptionnistes exprime facilement et rapidement le plaisir qu’elle trouve dans ses relations avec les clients, la satisfaction qu’elle éprouve à voir ses clients satisfaits, à échanger avec eux, à leur rendre service. 
La raison à tout cela est simple. L’hôtellerie, comme la restauration, sont des métiers qui répondent assez naturellement à la recherche de sens. Ce sens dont on parle tant aujourd’hui. Dans ces métiers, ce sens est assez immédiat : accueillir, loger, nourrir, rendre service, faire plaisir…. chacun peut se nourrir d’un quotidien utile aux autres.
Alors, est-ce suffisant pour  recruter ?
Visiblement non ! Les horaires, la pénibilité y sont certainement pour quelque chose. L’intérêt du métier, les possibilités de progression qu’il offre ne compensent pas suffisamment ces inconvénients.

Que faire ? Devons-nous être résignés ?

Il n’est pas question ici de proposer une méthode générale. L’intention est plutôt d’ouvrir une réflexion sur un des volets de la question du recrutement, celui du métier.
Savons-nous bien parler de ces métiers ? Sommes-nous suffisamment conscients et convaincus de ce qu’il peut apporter à des jeunes ?
Recruter, c’est vendre. Et comment bien vendre son métier, son entreprise, son établissement si l’on n’est pas convaincu de tout ce qu’ils peuvent apporter au jeune ou au candidat que nous rencontrons.  

Il est nécessaire que les managers apprennent à parler de leur métier.

Souvent, on entend des managers nous dire « pour faire ce métier, il faut être passionné » et, de fait, la plupart des managers que nous rencontrons le sont. Mais être passionné ne signifie pas que l’on sache en parler, et encore moins transmettre ce qui nous anime. Cela se travaille bien sûr au niveau du management, qui le plus souvent recrute, mais également au niveau de l’ensemble de l’équipe.

Le management, a minima, doit se souvenir de ce qu’il a aimé plus jeune !

Nous nous rappelons ce groupe de directeurs hôteliers s’étonnant positivement du niveau d’enthousiasme de leurs collaborateurs. Quand nous leur avons demandé comment ils vivaient « jeunes » leur métier, ils ont tous souri et se sont souvenus qu’ils « adoraient leur travail » et servir les clients !

Au-delà de la direction de l’établissement, ce travail de compréhension du métier et d’adhésion doit également être partagé par les collaborateurs.

En effet, aujourd’hui, c’est à toute l’équipe de contribuer au recrutement ; directement auprès de leur réseau d’amis et indirectement en accompagnant les nouveaux collaborateurs (principe de la cooptation). 

Cela n’est possible que si chacun est fier de son travail et de son établissement.  Le management peut contribuer à développer cette fierté en échangeant régulièrement avec ses collaborateurs. Les échanges autour des résultats de nos enquêtes d’engagement auprès des collaborateurs y contribuent, mais cela peut aussi se faire lors des entretiens individuels, dans les briefs avec les équipes ou, en travaillant simplement le feedback.

Bien évidemment, le fonctionnement de l’établissement doit être à la hauteur !
Il est donc prioritaire de l’évaluer régulièrement et de le travailler. C’est ce que nous faisons avec passion depuis une vingtaine d’années.
 
 
Article suivant
Convictions Convictions Prestations Prestations Pragma Pragma Contact Contact